Publié dans 3ème édition, Editions du FIK

C’est parti, Kimoko a levé les rideaux

La cérémonie d’ouverture du FIK a eu lieu ce 12 octobre 2010 à Pointe-Noire (Congo) en présence du Directeur Départemental de la culture et des arts de Pointe-Noire, de la marraine du 3ème Festival International Kimoko, Mme Manbou Aimée Gnali, de toute l’équipe d’organisation ainsi que ses artistes.

Ces derniers ont donné un avant goût de ce qui va suivre toute la semaine. L’assistance a pu voir les extraits de quelques spectacles prévus.

Il y a eu des lectures de textes forts comme « C koi ? » de Africa Graffitis, une critique socio politique et socio culturelle. Mais aussi de « J’ai abandonné les mots sur la tombe de ma mère », une lecture réaliste de la société avec ses maux quotidiens, présentée par L’ateliet Tali.

La compagnie les Binangwa avec « Halte virus FC (fraude/corruption) », un spectacle de danse contemporaine, a tenu tout le public en haleine, question de suivre tout le gestuel et d’en procurer du sens.

Le ballet théâtre aussi, avec « L’éveil des lionceaux », présenté par Les lionceaux, nouvelle version a été un extrait captivant, tant ce groupe a permis a beaucoup de personnes présentes de revoir sur scène un style qui tend à disparaître, connu sous le vocable local de « ngouakatour ».

Congo Folk Africa a fait vibrer l’assistance aux sons kongo, du tam-tam, du chant, le tout enrobé par des textes pleins de messages éducatifs.

Didier Ongali, avec le conte « Aninga » a ramené le public aux racines de la culture congolaise. Durant 10 minutes, dans un silence rempli d’images, il a conté la mésaventure d’Aninga.

Publicités